Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bien loger les Français

Un sujet de plus pour un travail parlementaire utile (plus que de discourir durant des mois sur la déchéance de nationalité)

Dans sa nouvelle étude : "Pourquoi les prix ne peuvent pas baisser », Imma G Consulting révèle les causes réelles des dysfonctionnements de la production de logements neufs, tout en identifiant les responsabilités et en proposant des solutions. L'offre de logements neufs, notoirement insuffisante en zones tendues, ne répond plus à la demande. Cette pénurie pousse les prix de vente, et les loyers, à des niveaux trop élevés pour nos concitoyens. Les promoteurs ne sont pas les principaux responsables de la cherté des prix du neuf et d'une pénurie d’offre. Il leur faut des terrains et des permis, deux éléments clés qui échappent aujourd'hui Auxois du marché car entre les mains de l'État et des collectivités. La cause principale de la cherté des logements neufs est le coût du foncier, qui entre pour une part de plus en plus importante dans le prix de revient des constructions neuves (de 25 à 45% en zones tendues). Ainsi à Boulogne-Billancourt, Levallois-Perret ou Versailles, un terrain vaut près de 10 fois le prix de celui situé à Albi, Besançon ou Valence. La proportion démesurée du foncier dans ce prix de revient provient principalement de son accaparement par les Collectivités locales, de la façon inflationniste dont elles cèdent les droits à construire, de leurs dépenses d'équipements parfois somptuaires, de leurs sociétés d'aménagement coûteuses, des aides et subventions publiques au logement, ensemble de facteurs renchérissant in fine les prix des logements neufs de 15 à plus de 25% en zones tendues. Parmi les solutions proposées par l'étude d'Imma G Consulting, figurent notamment : La création d'un observatoire foncier indépendant et transparent dont les maîtres-mots seraient « diagnostic » et « anticipation ». L'instauration d'une politique foncière locale envisagée sur le long terme, assurant stabilité du zonage, négociation avec les promoteurs, organisation du financement de l'aménagement, et permettant d'agir sur les différentiels de prix à travers l'agglomération. Conduire une politique d'aménagement avec le souci de réguler la production de terrains à bâtir au regard du taux d'absorption du marché immobilier et des besoins réels des ménages. Inciter à la libération du foncier non bâti, en zone tendue, par une fiscalité adaptée et pérenne. Développer le plafonnement des prix de sortie des programmes neufs, mis en place dans les grandes agglomérations (Marseille, Nantes, Lyon, Montpellier...) sous le label «logements abordables » ou « à prix maîtrisés ». Cultiver une autre vision de la ville en encourageant le développement de centralités secondaires, afin d'alléger la pression foncière sur le cœur de ville et de revaloriser les périphéries.

Première heure, 13 mai 2016

Tag(s) : #Logement

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :